Les membres de la Section locale 50600 de l’Union canadienne des travailleurs des transports (UCET) sont officiellement en grève depuis 3 heures ce matin. Après sept jours de discussions dans le cadre de la médiation, les parties n’ont pu en arriver à une entente. Les questions en suspens comprennent, sans toutefois s’y limiter, la sous-traitance et les augmentations salariales.

Environ 150 employé(e)s – directeurs/directrices de service, personnel administratif, divers gens de métiers, travailleurs/travailleuses TI, personnel chargé de l’entretien et autres manœuvres -, sont représenté(e)s par l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et l’UCET. Ces employé(e)s sont sans contrat depuis le 30 juin 2016, et en négociation depuis le mois d’octobre 2016.

Teresa Eschuk, vice-présidente exécutive de la région des Prairies a déclaré : « L’administration de cet aéroport prétend être parmi les vingt-cinq meilleurs employeurs de la province du Manitoba, et pourtant il a manqué à sa parole envers son personnel, le forçant à se mettre en grève ! »

Marianne Hladun, vice-présidente exécutive de la région des Prairies de l’AFPC a indiqué, à propos des prochaines étapes, que : « l’AFPC est l’un des plus grands syndicats du Canada qui représente un grand nombre de membres employés par cette administration portuaire. Nous ne sommes aucunement des novices dans ce genre de situation, aussi nous allons nous assurer que nos membres, d’un bout du pays à l’autre, apportent leur soutien à ces personnels en grève qui se battent pour obtenir une entente raisonnable. »