L’Union canadienne des employés des transports (UCET) se réjouit de la décision de la Garde côtière canadienne (GCC) de renverser celle qu’elle avait prise et qui consistait à réduire ses services aux communautés de Vancouver, Gimli, Selkirk et Kenora.

Auparavant, à la suite de l’examen de l’intégrité de ses programmes, la GCC avait décidé de réduire des services, notamment d’éliminer la capacité de sauvetage en plongée à la base de Sea Island et les services maritimes liés aux voies navigables intérieures. Malheureusement, ce processus s’est avéré être une série de contradictions et de chaos à la fois pour les communautés et les membres de la GCC, des déclarations différentes étant émises périodiquement par différents hauts fonctionnaires.

« Je pense qu’il a fallu que les graves événements du lac Winnipeg se produisent avant que la GCC se rende compte du manque de vision de sa décision. Nous sommes reconnaissants envers le ministre qui a ouvert les yeux avant que des accidents plus graves ne se produisent », a déclaré Christine Collins, présidente nationale de l’UCET. « Ce qui importe dorénavant est que les communautés et les navigateurs puissent pousser un soupir de soulagement maintenant que ces précieux services ne seront pas perdus. »