Le 26 janvier 2012

Aux membres de la Garde côtière canadienne

Au nom de tous les membres de l’Union canadienne des employés des transports (UCET), je désire vous féliciter à l’occasion du 50ème anniversaire des services que vous fournissez pour que les Canadiennes et les Canadiens soient en sécurité.

Vous jouez en effet et ce, constamment, un rôle intégral dans la vie des Canadiennes et Canadiens, que ce soit sur les océans ou les grands lacs. Vous n’hésitez jamais – vous autres, nos membres – à passer à l’action et à mettre vos propres vies en danger que les mers soient démontées, que les eaux soient dangereuses ou que la température soit sous zéro, dans des conditions de travail incomparables à la plupart. Vous autres – nos membres – payez un prix élevé en passant du temps en mer ou dans des endroits isolés, pour garantir le passage en toute sécurité de navires personnels, commerciaux ou gouvernementaux. Vous autres – nos membres – avez des familles qui doivent comprendre que le travail que vous accomplissez vous oblige à manquer des jours fériés, des anniversaires ou d’autres événements familiaux importants, parce que ce que vous faites ce n’est pas simplement un travail – c’est un engagement que vous prenez au nom de la sécurité des Canadiennes et Canadiens et de nos voies d’eau.

J’ai eu le privilège de partager des moments de bonheur avec vous lorsque vous avez accompli une opération de sauvetage avec succès, mais aussi des moments tristes lorsque malgré tous vos efforts vous n’avez pu sauver une vie humaine.

Alors que nous fêtons votre cinquantenaire, nous ne pouvons oublier que la Garde côtière est toujours et encore confrontée à ses propres luttes et enjeux. Le gouvernement du jour a déclaré que la Garde côtière doit jouer un rôle intégral dans la souveraineté dans l’Arctique et continuer de garantir la sécurité des Canadiennes et Canadiens. Et pourtant, ce même gouvernement insiste pour prendre des mesures comme la fermeture des sous-centres de sauvetage maritime des villes de St. John’s à Terre-Neuve, et de Québec (Québec), en plus d’éliminer des postes à Halifax (N.-É.). Ainsi, ce sont près de 27 spécialistes de la recherche et du sauvetage qui sont sur le point de perdre leur emploi, alors que des milliers de Canadiennes et de Canadiennes perdront en conséquence leur filet de sécurité.

L’UCET est fière de représenter les membres de la Garde côtière canadienne. Nous vous souhaitons autant de succès et de fierté dans votre travail que par le passé. Pour tout le travail que vous faites, nous vous remercions du fond du cœur.

Christine Collins

Présidente national

Union canadienne des employés des transports