« La vie des personnes qui vivent et travaillent sur les plans d’eau est devenue plus sécuritaire », a déclaré Christine Collins, présidente nationale de l’Union canadienne des employés des transports (UCET), après avoir pris connaissance de l’annonce faite par le gouvernement fédérale au sujet de la réouverture du Centre secondaire de sauvetage maritime (CSSM) à St. John’s (Terre-Neuve). Cette annonce fait partie de l’investissement de 1,5 milliard de dollars dans la sécurité maritime par le truchement du Plan de protection des océans.

L’UCET, un des Éléments de l’Alliance de la fonction publique du Canada, est le syndicat qui représente les équipages de navires et les spécialistes du sauvetage et de la recherche au sein de la Garde côtière canadienne.

Le CSSM a été fermé en 2012 dans le cadre des compressions budgétaires du gouvernement précédent, et de la centralisation des services. En sus de la réouverture du Centre, le gouvernement va investir dans d’autres services critiques, par exemple dans les postes d’embarquement dans les engins de sauvetage et les interventions en cas d’incident de pollution.

L’Union fait preuve d’un optimisme prudent à propos du financement. « L’infrastructure et les services de la GCC ont été sous-financés depuis bien longtemps », a précisé Christine Collins. « C’est l’une des raisons pour lesquelles nous pensons que la GCC devrait être un organisme de service spécial pour bien faire ressortir l’importance que donne le premier ministre à la sécurité maritime sur les trois côtes canadiennes. » Cette désignation permettrait à la GCC de gérer son propre budget et donnerait au gouvernement la capacité d’affecter les fonds comme il se doit pour rehausser la sécurité et la sûreté maritimes. L’UCET espère que ce financement sera prolongé au-delà du délai de cinq ans qui a été mentionné.