L’Union est inquiètes à propos de la récente annonce de l’aéroport de Winnipeg à propos de l’utilisation de chasse-neiges automatisés.    Nous avons écrit au Ministre de Transport Canada pour soulever nos inquiétudes.  Ci-bas est le text de la lettre au Ministre.

Le 23 octobre 2018

 

L’honourable Marc Garneau, C.P., député

Ministre de Transports

 

Monsieur le Ministre,

Vous n’êtes pas sans savoir que l’Union Canadienne des employés des transports (UCET) représente des membres qui travaillent dans la plupart des aéroports sous réglementation fédérale, un peu partout au Canada. La récente annonce de l’administration de l’aéroport de Winnipeg (WAA) à propos de l’utilisation de chasse-neiges automatisés, a soulevé bien des inquiétudes.

La première préoccupation porte sur la sécurité des voyageurs et celle de nos membres. Les véhicules autonomes n’en sont qu’à leurs tout premiers ‘tour de chenilles’. N’oublions pas que des entreprises telles que Uber et Toyota ont retiré de la circulation leurs véhicules automatisés pour les mettre sur des propriétés privées. Selon de récents rapports faisant état de décès en Amérique du Nord, il est devenu imminent d’avoir des règlements stricts sur leur utilisation.

Nous sommes fortement préoccupés par la prétention annoncée de WAA selon laquelle les essais n’auront lieu que dans des « zones à faible risque ». À moins que cela entre dans la définition d’un aérodrome, tout risque, quel qu’il soit, est trop grand à assumer pour la sécurité du public.

S’il est un fait que les chasse-neiges automatisés peuvent déplacer de la neige d’un endroit à l’autre, nous n’en sommes pas moins inquiets par le fait que la technologie n’est pas encore à la hauteur des normes voulues pour faire face aux conditions climatiques que posent nos hivers canadiens. Ces inquiétudes sont notamment les suivantes :

  • La technologie GPS (système de positionnement global) est déjà mise en œuvre dans une multitude de domaines dans les aéroports canadiens cependant le fait demeure que ce n’est pas parfait. La technologie GPS est exacte lorsque tout est stable et constant, mais il n’y a rien de constant lorsque des êtres humains sont impliqués. Si la seule technologie pouvait garantir la sécurité, il n’y aurait pas en moyenne 350 incursions sur piste chaque année.
  • Impossibilité de détecter la présence de neige du fait que les caméras et capteurs peuvent être recouverts de neige,
  • Impossibilité pour l’opérateur/opératrice à distance de détecter la présence de neige du fait que la neige qui tombe et les reflets peuvent dérégler les capteurs et aussi déformer les images en raison de la présence de neige sur les lentilles de la caméra,
  • Impacts de la technologie causés par les froides températures : la plupart des essais de chasse-neiges automatisés ont été conduits dans des conditions hivernales idéales. Les dispositifs de détecteurs optiques sont sensibles au froid, ce qui suscite bien des préoccupations.

Il convient de ne pas perdre de vue que les opérateurs humains de chasse-neiges ne se contentent pas d’enlever de la neige puisqu’ils sont aussi ‘les yeux et les oreilles’ au sol aux aéroports canadiens qui sont fort chargés. Ils surveillent en effet toute l’étendue des pistes, prennent note de problèmes ou dangers potentiels, et peuvent s’adapter à de brusques changements des conditions météo. En sus, ils constituent un niveau supplémentaire de sécurité garantissant la sûreté des transports.

En outre, WAA affirme que les essais seront entrepris conformément au ‘Système de gestion de la sécurité (SGS) réglementé par Transports Canada’. Ce SGS est entièrement tributaire des fournisseurs de services pour garantir le respect des normes. Il n’y a pas, de nos jours, de normes en vigueur sur les véhicules automatisés, que ce soit dans le Règlement de l’aviation civile (RAC) ou TP312. Nous notons par ailleurs que Transports Canada a fixé des normes pour les organismes d’essai. Votre document intitulé Essai des véhicules hautement automatisés au Canada — Lignes directrices à l’intention des organismes d’essai, bien qu’il ne s’agisse que d’un début, ne se penche pas sur les entités sous réglementation fédérale telles que les aéroports et dépôts de rails. Nous recommandons que le gouvernement mette en vigueur des normes semblables dans TP312.

Pour toutes ces raisons, nous demandons que Transports Canada procède à un examen des essais et de l’utilisation des chasse-neiges automatisés aux aérodromes canadiens. L’UCET ne s’oppose aucunement à l’innovation mais elle doit être adoptée que si tout est mis en œuvre pour garantir la sécurité du public qui voyage et ce, en tout temps. À ce moment-ci, nous pensons plutôt que la technologie n’est pas encore à la hauteur des normes indispensables pour des mises à l’essai sécuritaires aux aéroports canadiens.  

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, mes salutations distinguées.

Dave Clark

Président national