L’AFPC a décidé d’agir contre le Conseil du Trésor pour le non-respect de la date limite pour appliquer la convention collective de ses quelque 5 000 membres qui travaillent pour Parcs Canada un peu partout au pays.

Le nouveau contrat de travail avec Parcs Canada a été ratifié en mai et devait être mis en œuvre au plus tard à la fin octobre. L’AFPC déposera une plainte auprès de la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral au nom de ses membres visés par ce contrat.

Le syndicat est déçu de l’incapacité du gouvernement de respecter l’échéance raisonnable pour appliquer la convention collective des travailleurs et travailleuses des parcs. Sa frustration est d’autant plus grande qu’il avait généreusement accepté de doubler l’échéance en la faisant passer de 75 à 150 jours. Le problème n’est pas nouveau — le Conseil du Trésor a en effet eu de la difficulté à respecter ses échéances relatives à plusieurs autres conventions collectives, notamment celles des groupes PA, SV, TC et EB en raison du dysfonctionnement de Phénix.

Le syndicat demandera à la Commission des relations de travail d’ordonner à Parcs Canada de payer des dommages-intérêts à ses membres et de prendre les mesures nécessaires pour se conformer immédiatement à la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique et mettre en œuvre les dispositions des conventions collectives.

Une date d’audience sera fixée une fois que l’employeur aura répondu à la plainte. L’AFPC continuera d’informer ses membres.