L’Alliance de la Fonction publique du Canada a fait une demande de conciliation au ministère du Travail pour qu’il nomme un conciliateur qui aidera à conclure une entente de principe pour les membres de l’UCET qui travaillent à NAV CANADA.

Nos membres sont sans convention collective depuis 278 jours. C’est inacceptable. Ils méritent mieux que ça.

Même après de nombreuses séances de négociation et deux rondes de médiation, l’employeur rejette toujours nos principales revendications pécuniaires. Le mandat que NAV CANADA a donné à son équipe de négociation ne permet pas d’en arriver à une entente.

Échec de la médiation

Lors de la seconde ronde de médiation, qui s’est tenue du 25 au 27 septembre dernier, les parties ont réussi à s’entendre sur certaines questions non pécuniaires, mais les discussions ont achoppé sur les questions d’ordre monétaire, notamment :

  • les augmentations économiques;
  • les primes;
  • les heures supplémentaires;
  • les indemnités;
  • la rémunération d’intérim;
  • les horaires de travail;
  • la rétroactivité.

Dans ces domaines, nos membres n’ont pas les mêmes conditions que les autres travailleurs à NAV CANADA. Nous demandons simplement la parité. Les membres de l’AFPC méritent les mêmes avantages et augmentations économiques que d’autres syndiqués ont déjà négocié.

L’AFPC espère que sa demande de conciliation poussera l’employeur à revenir à la table avec un meilleur mandat qui permettra de parvenir à une entente pour ses membres.

Qu’est-ce que la conciliation?

Lorsqu’un syndicat et un employeur ont de la difficulté à conclure une entente et qu’ils ne peuvent pas s’entendre sur des questions de fond, le ministre du Travail peut demander à un conciliateur de les aider à se sortir de l’impasse à la table de négociation.

La médiation et la conciliation font toutes deux appel à une tierce partie indépendante pour faciliter les pourparlers, mais la ressemblance s’arrête là. Le médiateur joue un rôle essentiellement passif : il guide les parties pour qu’elles trouvent leurs propres solutions. Le conciliateur, pour sa part, peut participer à la négociation en proposant des solutions aux deux parties.

Une fois que le Ministère recevra la demande de l’AFPC, il aura environ 14 jours pour nommer un conciliateur. La période de conciliation initiale est de 60 jours ou moins, mais les parties peuvent convenir d’une prolongation.

Une fois le conciliateur nommé et les dates arrêtées, notre équipe de négociation transmettra l’information aux membres.

Nous vous remercions pour votre soutien pendant que nous poursuivons la négociation d’un contrat de travail équitable et acceptable.