Les essenciers à l’aéroport de Vancouver se sont retrouvés plutôt déconcertés lorsque l’employeur a brusquement quitté la table des négociations vers la fin du mois dernier. L’équipe de négociations était disposée à aborder la revendication de Swissport sur les nouveau postes à temps-partiel que l’employeur voulait introduire, mais l’employeur s’était présenté à la table les mains vides!

« C’était leur revendication… mais ils n’ont pas pu venir avec ne serait-ce qu’un aperçu de ce qu’ils voulaient, a indiqué Barry Tchir, vice-président régional. Ils n’étaient tout simplement pas préparés. »

« Cela revient en somme à se pointer à sa banque pour demander un emprunt pour une entreprise, mais sans plan d’affaires… sans même avoir une idée de ce que votre entreprise fera! »

Après s’être retrouvé tout penaud, l’employeur a quitté la table, déclarant que les négociations étaient dans une impasse. En conséquence, les parties vont se retrouver devant un conciliateur (une partie neutre) au cours des prochaines semaines afin de poursuivre les négociations.

« La situation est plutôt étrange, a fait remarquer Barry Tchir. Il aurait été possible d’éviter la conciliation si l’employeur avait fait ses devoirs. »

« Il est vraiment déconcertant pour les employés de constater que leur employeur ne se soucie pas trop d’être bien préparé avant de venir à la table. »

L’équipe de négociation demeure préparée à aborder les points importants qui touchent la vie de nos membres – leur horaire de travail, leur subsistance, leur santé, leur sécurité dans le lieu de travail. L’employeur voudra peut-être s’en souvenir la prochaine fois avant de se présenter à une table de négociations.