La lettre suivante était envoyée au nom de nos 5 000 membres du Conseil du Trésor 

Le 28 octobre 2016

Premier ministre,

Lorsque vous avez été élu, vous avez dit : « Je sais que chaque fois qu’un employé de l’État se rend à son travail, il le fait pour servir le Canada, dans l’objectif  commun d’améliorer notre pays et la vie de l’ensemble de la population ». Malheureusement, cette déclaration perd de la valeur en raison du manque d’effort de la part du Conseil du Trésor pour négocier une convention collective équitable. Nous sommes vraiment déçus.

Dans votre lettre ouverte adressée aux fonctionnaires le 25 septembre 2015, vous avez fait de nombreuses promesses. Vous avez dit : « J’estime qu’une fonction publique appréciée des Canadiens, qui est aussi une source de fierté pour ses membres, doit être appréciée par son gouvernement ». Vous avez promis un vrai changement pour les fonctionnaires, mais rien n’a été fait depuis le début des négociations avec l’ancien gouvernement conservateur. Vos négociateurs ne veulent toujours pas avoir de véritables discussions au sujet de l’annexe concernant le réaménagement des effectifs qui, comme nous l’avons vu en 2012, ne fonctionne pas de manière équitable, transparente et impartiale. Vos négociateurs continuent à vouloir remplacer les congés de maladie négociés par un régime d’assurance-invalidité de courte durée. Vos négociateurs continuent à offrir une augmentation salariale annuelle de seulement 0,5 %, alors que les députés et les sénateurs ont touché une augmentation salariale de base quatre fois plus importante. Où est le changement que vous aviez promis ?

Dire que les fonctionnaires fédéraux sont déçus est un énoncé de peu de valeur. Réalisez-vous qu’il y a eu onze rondes de négociations, dont cinq qui ont été tenues depuis l’arrivée au pouvoir de votre gouvernement ? Les ordres du gouvernement conservateur sont demeurés en place.

Les fonctionnaires continuent à ne pas être utilisés selon leur compétence et à être maltraités par leur employeur. L’année que vous avez été au pouvoir, les fonctionnaires fédéraux ont continué à vivre avec des conventions collectives expirées depuis 2014, ont couru un risque de ruine financière à cause de la débâcle du système de rémunération Phoenix qui dure depuis plus d’un an pour certains travailleurs ; de plus, on demande continuellement aux fonctionnaires de faire deux et trois fois plus de travail en raison du blocage du recrutement et des coupures dans tous les modes de sécurité et contrôle dans les transports.

Il est temps de respecter votre engagement visant à « restaurer la confiance dans nos fonctionnaires – et le respect que nous leur portons ». Le Conseil du Trésor doit cesser de gaspiller l’argent des contribuables en venant à la table avec l’intention de dicter et non de négocier équitablement. Vous devez envoyer à la table quelqu’un qui peut vraiment prendre des décisions et faire avancer les négociations afin que nous puissions conclure une entente et nous mettre au travail. Votre gouvernement doit donner au Conseil du Trésor un mandat qui appuie les promesses que vous avez faites dans votre lettre du 25 septembre 2015 – la promesse de travailler avec les syndicats en vue d’une convention collective équitable et négociée.

Les fonctionnaires fédéraux sont fiers de leur travail et de leur mandat visant à assurer la sécurité du public ; ils ne demandent qu’à être traités avec le même respect par le Conseil du Trésor.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération

 

Christine Collins,

Présidente nationale de l’UCTE